"Meilleurs sont les bouffons, plus solides sont les dictatures.
Le rire et la dérision sont des armes tellement puissantes qu'il
vaut mieux les maîtriser que de risquer les voir se retourner contre soi."


Capitaine
Je présume que vous êtes tout autant surpris de votre présence ici que de ma visite.
Pour ma part, c'est la première fois que j'interroge quelqu'un que je connais.

Bouffon
De ma présence ici, non, pas vraiment. Mais de ta visite ? Ça, oui ! Je ne savais pas que tu étais...

Capitaine
Pas de familiarités entre nous. Je sais que vous avez l'habitude de tutoyer absolument
tout le monde parce que votre notoriété le permet, mais ici, ce n'est pas le cas.

Bouffon
Pardon ?

Capitaine
Durant nos entretiens, nous garderons un mutuel respect. Nous ne nous sommes jamais
rencontrés auparavant ? Bien, alors, nous nous en tiendrons au vouvoiement.

Bouffon
Comme vous voulez. Dois-je vous appeler monsieur, triste sire ou monseigneur ?

Capitaine
Si besoin, capitaine suffira.

Bouffon
Entre nous, je peux vous appeler mon Général, ça vous fera comme une petite promotion.

......

 


"Mardi prochain"

Un huis-clos intense, un affrontement entre deux hommes, deux vérités,
deux opposés qui se rejoignent par moments.

Les premiers avis des spectateurs

Bravo pour cette sorte de thriller à l' excellentissime Marc Lepage qui nous a déjà régalé pour ce huit clos réaliste et original qui nous interpelle,
à Jean-Christophe en bouffon étrange, voire inquiétant, ainsi qu'à Stéphane, déterminé mais aux humeurs changeantes,
pour leur jeu crédible, concret... Dictature, fraternité, séduction... Chacun est persuadé d'avoir raison, et le prouve,
danger qui nous questionne... mais qui est qui ?... Une très belle performance !
Évidemment on ne peut pas tout dévoiler... A ne pas manquer

Un jeu du "Chat" et de la "Souris" dans un univers glauque. Mais qui est le "Chat" et qui est la "Souris".
Manipulation mentale, un "je t'aime moi non plus" insoutenable entre un bouffon arrogant et son tortionnaire
rongé par ses certitudes. Le traditionnel "Happy End" du théâtre "marketing"
bien pensant est jeté aux oubliettes. Le message est fort...très fort.
Bravo aux deux comédiens qui surfent avec aisance sur un tsunami lepagien.

L'ambiance s'installe peu à peu, tout doucement et devient de plus en plus captivante
jusqu'au bout. Les comédiens assurent une très bonne performance. C'était vraiment très bien.

J ai beaucoup aimé cette histoire assez étrange dans un pays imaginaire (mais pas si irréel que ça!)
Le duo des 2 pesonnages est une belle intrigue. Le fond de cette pièce nous touche tous par les
horribles vérités qu elles nous rejettent au visage. Bref c'est prenant, très bien interprèté
et ça ne peut pas nous laisser indifférent.

Un grand moment de théâtre que cette nouvelle pièce de Marc Lepage, dont le talent d'écriture atteint ici
un niveau plus qu'élevé, mais où s'arrêtera t'il ? C'est tout simplement "diabolique", voir "hitchcok-ien",
et encore, ce terme est peut être réducteur tant les spectateurs sont emportés par l'intrigue
et le jeu des comédiens. Je souhaite à cette pièce de vivre longtemps !!

Il n'y a pas de mots pour décrire cette pièce juste à écouter le texte très bien écrit,
ciselé,déconcertant, percutant et impressionnant. Les acteurs vont crescendos dans les émotions.
Il faut absolument se laisser porter et vous vous frotterez à un final explosif.

Merci aux deux acteurs qui par leur jeu, m'ont scotchée du début à la fin. Quel suspens! Quel mélange de connivence et de confrontation
entre ces personnages si bien incarnés. Bravo à Marc Lepage
qui nous offre encore un texte clair, sans temps morts sur un sujet sérieux et profond
(on ne s'ennuie pas du tout et en plus c'est enrichissant,( dixit mon fils de 17 ans)

Ce serait dommage de rater cette pièce dont le texte est subtilement servi par deux comédiens inspirés et généreux.
Ils méritent votre attention. En tout cas, moi, la mienne n'a pas faibli jusqu'à la fin, dérangeante, déroutante. Un beau moment de théâtre.

Dans « Mardi prochain » les deux comédiens s'arment de talent ! Cet interrogatoire est dans l'ombre
d’une cellule pour mieux mettre l’histoire de leur propre personnage dans la lumière.
Ils vous attachent à votre fauteuil, du début à la fin, au cœur même de l’histoire d’un univers.
Inhabituel ! Sans hésitation, soyez, vous aussi, pour un soir, un spectateur fermé au reste du monde !

Qui es-tu toi mon frere ? Jeux d'acteurs masqués, ambiguité voilée, un passé qui brule encore dans le présent.
Le décor est planté et tient en haleine le spectateur dès le début de la pièce avec
à la clé son propre questionnement : sommes nous vraiment libres ?
Jean-Christophe et Stéphane incarnent avec prouesse la psychologie de leur personnage.
Je vous invite sans hésitation à vous arrêter au Théo Théatre devant l'affiche "Mardi prochain".

Merci beaucoup pour cette représentation dimanche. Un texte taillé à la serpe superbement servi.
Une tension palpable entre les deux personnages, les deux acteurs au moment du final.
Et une fin en ricanement qui sied parfaitement aux personnages. Merci, vraiment.

 

 

Les comédiens des Fontaines d'Argent